SORTIR DU SYSTEME SOLAIRE

Aller en bas

SORTIR DU SYSTEME SOLAIRE

Message par FONDATEUR le Mar 22 Nov - 10:58


Dernières nouvelles de l astronomie :sortir du systeme solaire.....
Dernières nouvelles de l astronomie :sortir du systeme solaire.....

Il y a des semaines où mon fidèle pourvoyeur des dernières nouvelles de la Physique (PHYSICS WORLD COM ) est tellement excellent que je n arrêterais pas de vous en traduire les meilleures pages …… Car je sais que quelques uns de mes lecteurs ne maîtrisent pas l anglais scientifique avec plaisir…..
De surcroît un de mes lecteurs correspondants actuels nous a proposé , il y a peu ( voir les commentaires de mon blog )son explication personnelle de cette anomalie de parcours de Voyager ;. J ai donc décidé de mettre en comparaison cet article avec ses propos !

" Encore des surprises pour la mission Voyager 1 arrivée au bord du système solaire"
22 juin 2011 9 commentaires

Les sondes Voyager dans l'héliogaine ( externe)
Des observations par la NASA inattendues sur la sonde spatiale Voyager 1 ont une fois de plus amené les astronomes à réviser leurs théories sur l'étendue radiale de l'héliogaine( ou de l héliosphère externe) - cette coquille extérieure chauffée du système solaire. Les données récentes reçues de la sonde ont montré une diminution légère de la vitesse du vent solaire à « l'héliopause » - c est à dire la limite extérieure de l'héliogaine -….Et ce n est pas la discontinuité abrupte prédite par les théories actuelles. Ainsi, les scientifiques cherchant à utiliser d'autres données des deux sondes Voyager 1 et Voyager 2 ont trouvé que le champ magnétique dans cette l'héliogaine peut être décrite comme une écume tumultueuse de bulles magnétiques,au lieu des arcs gracieux de lignes de champ magnétique qu'ils avaient prévues .

TOUT AU BOUT
Les particules ionisées émises à des vitesses élevées par notre Soleil - le vent solaire – forment une sorte de bulle tout autour de notre système solaire. La peau de cette bulle, appelée l'héliosphère, est l'héliopause et contient, l'héliogaine et le « choc de terminaison ». Le vent solaire se déplace à une vitesse supersonique jusqu'à ce qu'il traverse une onde de choc - ce choc terminal, où là, il ralentit et échauffe l’ héliogaine. L'héliopause est le bord extérieur de l'héliogaine où le vent solaire ralentit jusqu’ à valeur zéro.

Lancées depuis près de 34 ans, et maintenant en croisière à travers l'espace,à environ 14,4 milliards de kilomètres du Soleil, deux sondes Voyager 1 et Voyager 2 sont actuellement arrivées dans l'héliogaine. Une équipe de scientifiques dirigée par Krimigis Stamatios de l'Université Johns Hopkins Applied Physics Laboratory, Maryland, Etats-Unis , a , à l'aide l’ instrument de mesure des particules basse énergie de Voyager été chargée de déterminer la vitesse du vent solaire. Voyager 1 a traversé depuis 2007une zone où la vitesse du vent solaire a ralenti progressivement jusqu’à zéro. Pendant que Voyager 1 se déplaçait vers l'extérieur au cours de ces trois dernières années, la vitesse radiale du vent a diminué presque de façon linéaire de 208000 kilomètres par heure jusqu’à zéro, tandis que la composante transverse ,qui court latéralement par rapport au soleil, diminuait aussi vers zéro.

"Cela nous indique que Voyager 1 peut être tout proche de l'héliopause, endroit ou la limite à laquelle le milieu interstellaire barre fondamentalement la sortie du vent solaire», explique Krimigis. «Cette couche de transition prolongée de presque zéro sorties du vent contredit les théories qui prédisent une transition brusque en passant du flux interstellaire à l'héliopause - et cela signifie une fois encore, que nous aurons besoin de retravailler nos vieux modèles."

Comme les vitesses peuvent fluctuer, l'équipe a opéré plusieurs lectures mensuelles avant de confirmer si la vitesse du vent était réellement à zéro. En effet , des scientifiques croient que Voyager 1 n'a pas encore franchi l'héliopause pour rentrer dans l'espace interstellaire. Pénétrer dans l'espace interstellaire se traduirait par une baisse soudaine de la densité des particules chaudes de l'héliogaine et une augmentation corrélative de la densité des particules froides du plasma interstellaire. Les chercheurs, écrivant dans la revue Nature, ont estimé l'emplacement de l espace de l'héliopause en combinant les observations de Voyager 1 avec les images énergétiques d'atomes neutres de l'héliogaine de la mission Cassini. Ils croient que l'héliopause peut être située à 18 milliards de kilomètres, ce qui signifierait que Voyager 1 pourrait quitter la couche de transition et entrer dans le milieu galactique d’ ici la fin de 2012. Cette recherche a été publiée dans Nature letters






LE PROBLEME DES BULLES
Dans le même temps, une autre équipe de la NASA a trouvé ,dans l'héliogaine, des bulles bien distinctes de magnétisme, chacune faisant environ 160 millions de kilomètres de large,. Voyager 1 est entré dans la «-zone de mousse» depuis environ 2007 et Voyager 2,l’a suivi un an plus tard, selon les chercheurs, et il faudrait une semaine pour que les sondes traversent juste une bulle.


L ancien et le nouveau point de vue de l'héliogaine
«Le champ magnétique du Soleil s'étend sur l espace et jusque vers le bord du système solaire», explique Merav Opher de l'Université de Boston, États-Unis. "Et ,parce que le Soleil tourne, son champ magnétique se tord et se ride un peu comme la jupe d'une ballerine ( en action ) .Aussi loin qu’ils soient parvenus du Soleil, là où les voyageurs se trouvent maintenant, les plis de la jupe se mettent en tas».

Quand un champ magnétique devient alors fortement replié sur lui-même , les lignes de force magnétique se croisent et se réorganisent afin de faire mousser ces bulles magnétiques. Cette reconnexion magnétique engage en fait le même processus que celui qui sous-tend les éruptions solaires énergiques connues . Ces bulles sont réelles et semblent être autonomes et déconnectées du champ principal magnétique solaire.

Des lectures du capteur de la sonde montrent que les sondes Voyager voyagent parfois dedans et dehors des bulles ,dans la zone de mousse , tandis que d'autres fois elles semblent se déplacer à travers une mousse de régions exemptes de magnétisme . Cela complique encore plus notre façon de voir l'héliosphère.



Les chercheurs suggèrent que cette zone de mousse pourrait protéger le système solaire des rayons cosmiques ( extragalactiques );ils seraient d’abord emprisonnés à l'intérieur de ces bulles et devraient voyager à travers avant de parvenir à des niveaux relativement lisses de lignes de champ magnétique pour voyager jusqu’au Soleil lui-même. "Ces bulles magnétiques paraissent être notre première ligne de défense contre les rayons cosmiques ( de l espace galactique)», souligne Opher. "Mais n ous n'avons pas encore compris, si cela est une bonne chose ou non."


Jusqu'ici, la plupart des preuves d existence de ces bulles provient des mesures de débit et d énergie des particules et des observations du champ magnétique du Voyager lui –meme ,mais comme le champ magnétique est extrêmement faible, les données prennent beaucoup plus de temps à analyser avec précision. "Nous allons probablement découvrir [si notre modèle] est correct quand les sondes Voyager continueront plus profondément à entrer dans la mousse et nous en apprendrons davantage sur son organisation», explique Opher. «Ce n'est que le début, et jeprédis d'autres surprises à venir
avatar
FONDATEUR
Admin

Messages : 2429
Points : 7531
Date d'inscription : 06/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://algersoirnet.forumalgerie.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum